Informations régionales

Volte-face partielle

Volte-face partielle

17 mai 2018

Sylvain Roy se réjouit de la volte-face du ministre Blanchette, mais dénonce quand même la commercialisation d’un bien collectif.

 

            Le ministre de la Faune Luc Blanchette était dans l’eau chaude depuis l’annonce en catimini d’une modification réglementaire qui venait forcer les pêcheurs de saumon qui souhaitent se rendre dans le Nord à faire affaire exclusivement avec des pourvoiries privées. 

 

            Ces pourvoiries sont des établissements de luxe et s’adressent uniquement à de riches pêcheurs, à des tarifs débutant à 2000 dollars par jour.  Le ministre a été accusé de privatiser les ressources fauniques comme c’était le cas dans les années 70 avant l’élimination de l’essentiel des clubs privés sur les rivières du Québec.

 

            Le ministre annonce que les pêcheurs qui souhaitent se rendre dans le Nord par eux même pourront le faire moyennant un tarif journalier de 75 à 100 dollars aux pourvoyeurs. Ils ne seront pas obligés d’être hébergés par une pourvoirie souvent complète et hors de prix.  Le porte-parole dans les dossiers fauniques à l’opposition officielle affirme qu’il s’agit d’une bonne nouvelle, mais il dénonce l’imposition de tarifs journaliers :

            D’ailleurs, le député de Bonaventure affirme qu’il s’agit d’une volte-face qui sert surtout à sauver la face devant le tollé soulevé par cette décision. Sylvain Roy ne digère pas que le ministre Blanchette ait déclaré que la pêche dans le Nord est pour une clientèle triée sur le volet et non une clientèle de type Walmart :

            Le ministre s’est depuis excusé pour cette déclaration.

 

Retour

PARTAGER