Informations régionales

Un procès qui aurait été utile

Pascal Bergeron

Un procès qui aurait été utile

11 septembre 2018

Pascal Bergeron se dit déçu du désistement de la poursuite contre Environnement Vert Plus.

            Selon l’environnementaliste, ce procès aurait obligé le gouvernement à divulguer  des documents internes qui prouvent la dangerosité des puits à l’abandon.  Le désistement de la poursuite contre Environnement Vert Plus par le ministère permet de garder secrète cette documentation. Environnement Vert Plus demande donc également aux candidats aux élections de s’engager à rendre publics les documents à l’appui de l’affidavit de la sous-ministre, dans le cas où cette divulgation n’adviendrait pas avant la fin de la campagne.

            La sous ministre Luce Asselin affirmait dans sa demande assermenté, à l’appui à la demande d’injonction contre le Camp de la Rivière, que des puits pouvaient exploser si on donnait un coup de pelle sur une roche près d’un puit, que des gaz susceptibles de provoquer la mort  s’échappaient de certains puits et que certains puits fuient au point  de générer de la contamination dans l’environnement.

            Selon Environnement Vert Plus la tenue du procès aurait forcé la sous ministre à fournir des documents en appui à ces affirmations. Pour Pascal Bergeron ce procès devenait une grosse épine dans le pied du gouvernement en pleine campagne électorale.

            La poursuite visait à forcer les occupants du Camp de la rivière à cesser l’occupation des terres publiques et empêcher la recherche de puits à l’abandon

Retour

PARTAGER