Informations régionales

Suggestion commune

Guy Loisel, procureur au DPCP et Marcel Guérin, avocat de Jérémie-Viktor Lagacé

Suggestion commune

2 avril 2019

La défense et le ministère public demandent une peine de 13 ans d’incarcération pour Jérémie-Viktor Lagacé avant qu’il ne soit admissible à une demande de libération conditionnelle.

 

            Les 2 parties ont négocié pendant 2 semaines pour en venir à cette suggestion commune adressée au juge Guy Deblois.  D’un côté, la défense avec Catherine Mercier et Marcel Guérin, ce dernier ayant traité une trentaine de dossiers de meurtre au cours de sa carrière, et de l’autre, 3 procureurs de la Direction des poursuites criminelles et pénales.

 

            En plus d’une peine minimale de 13 ans, la défense et le ministère public demandent une interdiction de possession d’armes ainsi qu’un interdit de contact avec les membres de la famille de la victime.

 

Catherine Mercier, avocate de la défense

     

       L’avocate de la défense, Me Catherine Mercier, a noté, parmi les facteurs aggravants, la gratuité du geste commis à Saint-André, précédemment le vol de munitions dans un club de tir et ses antécédents pour avoir tué le chien d’un enseignant :

 

            Aussi en défense, Me Marcel Guérin, note que Jérémie-Viktor Lagacé, malgré son état psychologique, ne pouvait être jugé non-criminellement responsable de ses actes :

 

   Procureur au DPCP, Guy Loisel

        

Le procureur du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Guy Loisel, précise qu’il s’agit d’une peine de prison à vie qui est recommandé, comme dans tous les cas de meurtre.  Cependant, une possibilité de libération au bout de 13 ans d’incarcération paraît appropriée aux yeux du ministère public, au regard de la jurisprudence en semblables situations :

Si le juge accepte la suggestion qui lui est faite, Jérémie-Viktor Lagacé pourrait formuler une première demande de libération le 22 août 2030.

Retour

PARTAGER