Informations régionales

Refus de traitement: Le CISSS demande une signature

Refus de traitement: Le CISSS demande une signature

20 juin 2018

Les patients doivent désormais signer une décharge lorsqu’ils choisissent de quitter l’urgence de Maria avant d’avoir vu un médecin.

 

            Le Centre de Santé et de Services sociaux de la Gaspésie a mis en place de nouvelles directives pour réduire les risques que des décès dans des circonstances semblables à celui de Lucette Landry ne surviennent de nouveau.

 

            La dame de 45 ans a été retrouvée sans vie par son conjoint, le matin du 27 juillet 2017, moins de deux heures après son retour de l’urgence.  Sa maladie coronarienne non diagnostiquée n’a pas été détectée par le personnel malgré ses douleurs constantes depuis 3 heures au coude gauche qui irradiaient dans le bras, qu’elles étaient non soulagées par les médicaments usuels, malgré la présence aussi de diabète et de l’hypertension artérielle.  La patiente a été catégorisée priorité 4 au triage, 1 étant la plus urgente.  Le médecin de garde était en repos lorsqu’il a reçu les informations sur la patiente mais la coroner note qu’il était disponible et la salle d’attente de l’urgence était vide.

 

            La porte-parole du Centre de Santé et de Services sociaux de la Gaspésie, Geneviève Cloutier, souligne que désormais, le personnel incitera les usagers à rester dans la salle d’attente pour une évaluation périodique au besoin.  Sinon, le personnel devra leur expliquer les risques encourus de quitter sans diagnostic.  En troisième lieu, les infirmières et les médecins doivent s’assurer que les informations sont correctement colligées au dossier du patient et que la transmission des détails est précise :

            Selon le cas qui l’intéresse, le comité de gestion des risques qui s’est penché sur le cas de Lucette Landry, en parallèle à l’enquête de la coroner, regroupe des médecins, infirmières, travailleurs sociaux, experts en prévention des infections.

Retour

PARTAGER