Informations régionales

Questions d'équité salariale chez MDM de Paspébiac

Questions d'équité salariale chez MDM de Paspébiac

27 avril 2019

Une offre d’emploi publiée sur le site Internet de CIEU-FM soulève des questions d’équité salariale chez Unipêche MDM.

 

L’usine de transformation de produits marins de Paspébiac a fait paraître, jeudi dernier, une offre de poste à temps plein associée à un «Salaire femme de 12,69 $ de l’heure plus 4 % et un Salaire homme de 13,28 $ l’heure plus 4 %».

 

Pour le reste, aucune autre distinction n’est évoquée sur cet emploi de Journalier offert, ni sur la nature des tâches, ni sur les horaires. 

 

C’est un internaute, Éric Poirier, qui, indigné, a relayé l’offre samedi avant-midi sur son compte Facebook.  La publication a rapidement été partagée plus de 200 fois. Jusqu’ici, plus d'une centaine d'abonnés au média social ont commenté cette affaire. 

 

Ce matin, l’entreprise a demandé au secteur des ventes à CIEU-FM que soit modifiée, à l’intérieur de l’offre, l’information portant sur le salaire, en la résumant par les mots «salaire concurrentiel».

 

Aux yeux du député de Bonaventure, Sylvain Roy, il s’agit de discrimination sexiste lorsque l’on donne un salaire différent en fonction du sexe pour un emploi similaire, ce qui est inadmissible et intolérable en 2019.

 

Sylvain Roy demande au ministre du Travail, Jean Boulet, de faire enquête.

 

Selon le porte-parole de la Commission des normes, de la sécurité et de la santé au travail au bureau régional de la Gaspésie, Maxime Boucher, les questions relatives au salaire pourraient être enquêtées par le secteur Normes de la CNESST. 

La députée fédérale de la circonscription de Gaspésie-les Îles, Diane Lebouthillier, considère la situation inacceptable.  Par le biais de sa porte-parole, elle a voulu rappeler que son gouvernement a toujours pris des positions très féministes, et non seulement dans le domaine du travail des femmes.  

«Cela va à l’encontre de ce qu’elle pense et de ce que le gouvernement pense également., a mentionné Émilie Gagnon.

 

Invité à donner des explications, le directeur de l’usine Gino Lebrasseur n’a pas retourné notre appel.  Toutefois, par voie de communiqué, la direction a fourni sa version, samedi (voir texte suivant).

 

Selon nos sources internes, les travailleuses embauchées comme journalières sont chargées du triage dans l'usine selon les commandes de crabe ou selon leur grosseur.  Les travailleurs journaliers, pour leur part, effectuent des tâches touchant la levée et la manipulation des charges ainsi que le déchargement des livraisons.  

 

Cette offre d’emploi de la part de Unipêche MDM, survient au même moment où le syndicat UNIFOR effectue des démarches de syndicalisation des travailleurs dans toutes les usines de transformation de produits marins du Québec.  Les employés de Paspébiac ne sont pas syndiqués.

 

Retour

PARTAGER