Informations régionales

Paul Langlois a mis Paspébiac sur la carte, selon un rapport de la FQM

Paul Langlois a mis Paspébiac sur la carte, selon un rapport de la FQM

6 avril 2018

Avant de mettre à pied le directeur général, le conseil municipal de Paspébiac avait en main un rapport d’une firme externe qui louangeait son travail.

Dans l’année précédant les dernières élections municipales, la Ville de Paspébiac a confié au service des Ressources humaines et des relations de travail de la Fédération québécoise des municipalités un mandat pour examiner la structure organisationnelle à l’hôtel de Ville, pour la rendre plus efficace.

Dans son rapport, la Fédération québécoise des municipalités écrit que Paul Langlois fait preuve de détermination et de compétence. Tellement, selon ce qui est écrit dans le rapport, que c’est grâce aux qualités du dg que Paspébiac a un centre culturel et un centre multisports. Un consultant l’avait rencontré à 3 reprises seul à seul et avait réalisé des entrevues en personne et au téléphone avec l’essentiel du personnel cadre ainsi qu’avec les membres de l’ancien conseil. Une quarantaine de documents pertinents ont été consultés aussi. Le service de ressources humaines ajoute que la grande force de Paul Langlois est sa capacité de convaincre les paliers supérieurs de mener à bien des projets contribuant au développement et à la visibilité de Paspébiac, ce pour quoi il avait été embauché essentiellement. Le rapport note aussi que les faiblesses de Paul Langlois dans la gestion de ses cadres ne mettent pas du tout en danger l’organisation. Le service de ressources humaines souligne qu’il a réussi à mettre Paspébiac sur la carte. La Ville a vu aussi progresser son indice de vitalité économique global.

Les conclusions du service des ressources humaines ont été présentées en mai 2017, 9 mois avant que le conseil municipal fraîchement élu ne suspende le directeur général et moins d’un an avant qu’il ne brise officiellement ses liens d’emploi avec lui. Paul Langlois a déposé une plainte au tribunal administratif après son congédiement. Le maire Régent Bastien demeure discret sur les raisons qui ont poussé le conseil à briser ce lien d’emploi, ayant évoqué tout au plus un bris du lien de confiance. Il a aussi refusé de faire un lien entre cette décision et les problèmes de construction du centre culturel. Retour

PARTAGER