Informations régionales

Pas de voie rapide pour Nathalie Normandeau

Pas de voie rapide pour Nathalie Normandeau

10 mai 2018

C’est parce qu’il craint des jugements contradictoires avec les coaccusés de Nathalie Normandeau que le juge Jean-François Émond a refusé, hier, de se rendre à la demande de l’ex-vice-première ministre.

 

Nathalie Normandeau ne pourra pas avoir son procès pour fraude et abus de confiance rapidement.

 

Elle souhaitait un procès à part, sans attendre le dénouement de requêtes présentées par ses coaccusés.

 

Mais le juge a décidé, mercredi, que le procès de l’ex-députée de Bonaventure devait être mis en veilleuse, comme celui des 5 coaccusés, en attendant que soit réglée la requête en arrêt des procédures présentée notamment par Marc-Yvan Côté.  

 

Sa requête en continuation de procès a dont été refusée.

 

Le juge Jean-François Émond a noté la position contradictoire de Nathalie Normandeau qui veut être jugée dans les meilleurs délais tout en essayant d’éviter un procès avec une requête en arrêt des procédures liée aux fuites médiatiques.

 

L’ex-vice première ministre est accusée avec l’ex-ministre libéral Marc-Yvan Côté et quatre autres personnes de fraude, de complot et d’abus de confiance. Ils avaient été arrêtés par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) en mars 2016. On leur reproche d’avoir été impliqués dans des stratagèmes criminels reliant à la fois des activités frauduleuses de financement politique et l’obtention indue de contrats publics.

Retour

PARTAGER