Informations régionales

Pas de pression du ministère, dit le CISSS

Johanne Méthot

Pas de pression du ministère, dit le CISSS

28 février 2019

La direction du CISSS nie catégoriquement avoir subi de la pression du ministère de la Santé pour maintenir le service actuel à l’urgence de Maria.

 

            Le Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l’Est du Québec a dénoncé la suppression de 4 postes d’infirmières auxiliaires à l’urgence de Maria alors que celle-ci déborde régulièrement.

 

            Selon le syndicat, cette annonce avait été faite aux employés par la directrice adjointe aux soins infirmiers pour être effective au mois d’avril.  Cette nouvelle a provoqué une levée de boucliers et le député de Bonaventure affirmait que le ministère de la Santé aurait fait pression sur le CISSS pour qu’il fasse marche arrière.

 

            Lundi, le CISSS a démenti tout changement, affirmant qu’il n’y avait aucune compression à prévoir.  Hier, la directrice générale adjointe, Johanne Méthot, a nié catégoriquement que le ministère a fait des pressions dans ce dossier :

 

            De plus, elle explique qu’il est normal pour une institution de santé de réévaluer la pertinence de son organisation, mais que la décision de garder le statu quo à l’urgence a été prise bien avant les sorties médiatiques :

 

            La directrice adjointe explique qu’il n’a jamais été question de supprimer des postes à l’urgence.  L’organisation se questionnait plutôt sur la meilleure façon d’améliorer l’efficience des services.

 

Retour

PARTAGER