Informations régionales

Oui à une sous-zone, disent les chasseurs de la Baie-des-Chaleurs

Christina Lepage, membre de l'Association sportive des chasseurs et pêcheurs de la Baie-des-Chaleurs. L'association a reçu 60 membres, hier à Bonaventure, pour les écouter sur le prochain plan de gestion

Oui à une sous-zone, disent les chasseurs de la Baie-des-Chaleurs

7 février 2019

Les membres de l’Association sportive des chasseurs et pêcheurs se prononcent en faveur de la création d’une sous-zone de chasse pour le cerf de Virginie.

 

Les chasseurs étaient invités à une rencontre de l’association hier, à Bonaventure.  Ils sont appelés à se prononcer sur les propositions concernant le prochain plan de gestion du cerf de Virginie 2020-2027.  Environ 60 personnes y ont participé.

 

L’Association s’est inspirée d’un sondage réalisé par la Fédération auprès des chasseurs pour faire 6 propositions.  Les chasseurs ont dit oui à la création d’une sous-zone dans la Baie-des-Chaleurs, où le cheptel de chevreuils est concentré, pour permettre l’abattage de cerfs sans bois.  Ils réclament en même temps d’interdire l’abattage des jeunes mâles, les daguets, dans toute la zone 01.  Ceci vise à enlever de la pression sur ce groupe, pour rééquilibrer le ratio femelles-mâles.  Et les chasseurs veulent que la décision d’autoriser l’abattage de cerfs sans bois soit prise par un évaluateur indépendant, pour exclure des prises de position politique. 

 

Christina Lepage de l’association a bon espoir que le ministère prendra en considération l’opinion des chasseurs :

Les détails concernant la localisation exacte de la sous-zone seront communiqués aux chasseurs le 30 mars à Mont-Louis, lors du congrès de la section régionale de la Fédération des chasseurs et pêcheurs.  Un membre a aussi proposé l’obligation d’avoir deux permis pour abattre un chevreuil, comme pour l’orignal, mais cette proposition a été rejetée.  Les prises de positions des chasseurs de la Baie-des-Chaleurs seront acheminées à la fédération des chasseurs et pêcheurs qui les transmettra au ministère de la Faune pour préparer le prochain plan de gestion.

Retour

PARTAGER