Informations régionales

Mobilité du personnel: Le CISSS de la Gaspésie resserre la directive

Résidence Saint-Joseph Photo: Julie Drapeau

Mobilité du personnel: Le CISSS de la Gaspésie resserre la directive

24 avril 2020

Le va-et-vient d’une employée d’entretien s’est poursuivi jusqu’à vendredi dernier entre le Manoir du Havre, la Résidence Saint-Joseph et l’hôpital de Maria, malgré ce que répète la ministre de la Santé, Danielle McCann.

 

            L’employée d’entretien a travaillé en alternance à l’hôpital de Maria et à la Résidence Saint-Joseph jusqu’à vendredi, 17 avril et a offert aussi de la formation au personnel dédié à la salubrité au Manoir du Havre, à compter du 25 mars lors du départ en confinement des employés réguliers.  Cette travailleuse en hygiène salubrité offre une expertise en enseignement et le CISSS a pris en considération ses nombreuses années d’expérience.

 

            Le Manoir du Havre est sous haute surveillance alors que 28 des 30 résidents sont infectés.  La Résidence Saint-Joseph a vu apparaître un premier cas le 9 avril.  Quant à l’hôpital de Maria, le CISSS ne divulgue pas le nombre d’employés infectés dans l’établissement.

 

            Selon le CISSS de la Gaspésie, ce n’est que le 11 avril, alors que la ministre McCann le demandait depuis plusieurs jours, que la directive officielle de son bureau est tombée: le personnel devait être dédié aux zones chaudes et ne plus se promener entre les installations. 

 

            La porte-parole du CISSS de la Gaspésie, Clémence Beaulieu-Gendron, soutient que lors de ses formations en hygiène salubrité au Manoir du Havre, la travailleuse a porté l’équipement requis, qu’il n’y a pas eu de contact avec les résidents et que les distances avec les employés ont été respectées.  Depuis la directive ministérielle, l’employée a seulement travaillé en zone chaude, assure le CISSS.  Toutefois, depuis le 17 avril, elle n’est affectée qu’à l’hôpital de Maria.  Elle a aussi été testée négatif le 15 avril.  Après l’entrevue, l’employeur s’est assuré aussi que la consigne de non déplacement était comprise pour tous.

 

             

           

 

*Dans ce reportage, nous avons choisi de ne pas nommer l’employée/sous-traitante concernée.  Cet article vise à mettre l’accent sur les choix du CISSS de la Gaspésie de faire fi de la directive de la ministre de la Santé sur la mobilité de ses travailleurs entre établissements infectés et ses enjeux de main d’œuvre.   Avec le défi que représentaient les deux éclosions de Maria, l’employeur a dû solliciter plusieurs personnes pour combler les besoins en entretien.

 

Retour

PARTAGER