Informations régionales

Le syndicat se dit ouvert à discuter des horaires de 12 heures

Le syndicat se dit ouvert à discuter des horaires de 12 heures

14 mai 2019

Le président du SIIIEQ affirme qu’il est faux de prétendre que ses membres rejettent la possibilité d’instaurer des horaires de 12 heures.

 

Cette fin de semaine, le service d’obstétrique de l’hôpital de Maria a subi une rupture de service de 16h due au manque de personnel infirmier. Les femmes de la Baie-des-Chaleurs qui auraient accouché pendant les ruptures de service auraient été redirigées vers Campbellton ou Chandler. La directrice des soins infirmiers, Johanne Méthot, a affirmé qu’une piste de solution intéressante pour pallier au manque de ressources humaines était l’instauration d’horaire de 12 heures. Cependant, selon Johanne Méthot, le syndicat serait complètement fermé à cette idée.

 

Pier-Luc Bujold affirme que la réalité est tout autre. Il concède qu’un quart de travail de 12 heures peut rendre la conciliation travail-famille plus difficile, mais il explique que ses membres sont ouverts à en discuter :

 

Concernant un système où les infirmières seraient de garde à la maison, tel qu’évoqué aussi par la directrice pour pallier à la pénurie, le président est moins nuancé. Il est clair que ses membres refuseront un tel système :

 

Il déplore également le fait que lorsque des situations de difficulté sur un département se présentent, cela prend toujours un événement pour que le CISSS réagisse.

Retour

PARTAGER