Informations régionales

Le projet Harmonie devient un exemple

Pierre Vicaire, fondateur d'Harmonie, Sheila Gedeon directrice de l'école de Gesgapegiag et Roger Martin, enseignant à Gesgapegiag

Le projet Harmonie devient un exemple

25 avril 2019

Harmonie-intercommunautés servira d’exemple au Québec pour améliorer les relations entre les autochtones et le reste de la population.

 

            Un projet pilote est lancé afin de voir de quelle façon le concept de ce projet né à Listuguj et Pointe-à-la-Croix pourrait s’étendre.

 

            Le CIRADD, la Commission scolaire Eastern Shores, la Commission scolaire René-Lévesque, le projet Harmonie-intercommunautés et l’école Wejgwapniag de Gesgapegiag lancent un projet de recherche visant la réalisation d’un guide d’implantation du projet Harmonie pour les écoles et les communautés du Québec.  Ce guide proposera des outils pour favoriser l’implantation de cette initiative ou de projets similaires ailleurs au Québec.

 

            Un projet pilote d’expérimentation du guide d’implantation sera réalisé durant la prochaine année scolaire et la suivante à l’école le Bois-Vivant de New Richmond, à la New Richmond High School et à l’école primaire Weigwapniag de Gesgapegiag. Le projet Harmonie a vu le jour en 2002 à Listuguj sous l’initiative de Pierre Vicaire.  À cette époque, la cohabitation entre les jeunes autochtones et les jeunes blancs de la région était très difficile.  Le projet consiste en l’organisation d’activités conjointes des deux communautés ce qui créer nécessairement des liens.

 

            Pour Pierre Vicaire, l’implantation d’Harmonie peut se faire presque partout au Québec et non seulement où les autochtones sont présents :

            Sheila Gedeon, directrice de l’école primaire de Gesgapegiag, affirme que ce genre de projet permet de mieux se connaître et mieux connaître l’autre :

            Au terme du projet, le guide sera disponible pour toutes les écoles primaires du Québec.

 

Retour

PARTAGER