Informations régionales

Lacunes préoccupantes à la Villa Maria

Villa Maria

Lacunes préoccupantes à la Villa Maria

6 juillet 2018

            Une enquête du Protecteur du citoyen révèle des lacunes préoccupantes et récurrentes à la Villa Maria.

 

            Le centre d’hébergement de la rue des Tourterelles fournit au Centre intégré de santé et de services sociaux un total de 24 places pour des personnes âgées en perte d’autonomie physique ou en déficit cognitif.

 

            Le protecteur du citoyen note des lacunes relatives aux soins d’hygiène, à l’alimentation, aux activités et à la médication.  Bref, l’enquête révèle des manques dans l’essentiel des services que doivent recevoir les résidents de la Villa Maria.

 

            Depuis 2011, le CISSS formule une série de recommandations au propriétaire du centre.  Au départ, les vérifications faites par le CISSS laissent voir que les activités occupationnelles sont manquantes, que les lits ne sont pas adéquats et l’ameublement des chambres n’est pas conforme.

 

            Dès septembre 2012, révèle le protecteur du citoyen, le CISSS observe que la distribution et la prise de la médication n’est pas sécuritaire et qu’il y a des lacunes sur la propreté des lieux ainsi que sur les soins d’hygiène aux personnes.  En 2014, le CISSS note même des gestes à caractère sexuel présumés d’un préposé à l’entretien sur une résidente de 60 ans.

 

            La Ressource intermédiaire a continué après 2016 à présenter des déficiences.  4 plaintes ont été traitées par le commissaire aux plaintes en 2017.  Au cours d’une période d’un moi, par exemple, un résident n’a reçu que 4 toilettes partielles alors qu’il devait en recevoir chaque jour.  Le CISSS a décidé de ne pas renouveler son entente avec les propriétaires de la Villa Maria qui prendra donc fin le 31 décembre 2019.  D’ici là, un suivi plus serré doit être fait.

 

 

Retour

PARTAGER