Informations régionales

La guerre commerciale s'avère profitable pour le homard canadien

La guerre commerciale s'avère profitable pour le homard canadien

16 janvier 2019

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine a été profitable pour le homard canadien en 2018.

 

            Selon un article de la presse internationale chinoise, l’industrie du homard du Maine et de la Nouvelle-Angleterre figure parmi les premières grandes victimes de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine en 2018.

 

            Les exportations américaines de homard vers la Chine sont passées d’une valeur de 100 millions de dollars en 2016, à 140 millions en 2017.

 

            Selon un distributeur du Maine, Tom Adams, qui exportait jusqu’à 20 pour cent de sa production vers la Chine en 2017, ce chiffre pourrait diminuer de moitié en 2018.

 

            Il ajoute que l’avantage des Américains sur leurs compétiteurs de Nouvelle-Écosse, grâce à de meilleures infrastructures de transport aérien, est annulé par la guerre commerciale amorcée par le président Trump, l’été dernier.

 

            Toutefois, alors que l’économiste de l’Université de Moncton, Pierre-Marcel Desjardins, s’inquiétait en juillet d’une saturation du marché Nord-Américain, causée par une diminution des exportations en Chine, qui ferait baisser le prix du homard canadien, l’impact s’avère positif pour le Canada jusqu’ici.

 

            L’économiste des Services stratégiques chez Pêches et Océans, Ali Magassouba, souligne qu’une vaste proportion du homard américain est vendue au Canada avant d’être envoyée en Asie, ce qui aurait fait augmenter la valeur des exportations de homard canadien en Chine de 50 pour cent en 2018.  Il précise toutefois que les conséquences de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine continuent d’être surveillées par son service.

collaboration CFIM

Retour

PARTAGER