Informations régionales

La forte présence de monoxyde de carbone incommode une famille de St-Omer

La forte présence de monoxyde de carbone incommode une famille de St-Omer

6 novembre 2018

La trop forte présence de monoxyde de carbone créé par le chauffage au bois a causé des inconvénients importants à une jeune famille de St-Omer, dernièrement.

 

            Les événements remontent à la soirée du 22 octobre. Il fait 3 degrés au-dessus de 0. Le père, en faisant le premier feu de la saison, se rend compte que la cheminée n’aspire pas la fumée comme il se doit. Le feu semble vouloir étouffer.

 

            L’habitude, dans pareilles circonstances, est d’équilibrer la pression de l’air intérieur et extérieur en ouvrant la porte du rez-de-chaussée.  Devant les odeurs étranges persistantes dans la maison, il fait une seconde ouverture, par une trappe du sous-sol. Dehors, malgré l’absence de vent, il remarque que la fumée tournoie à la sortie de la cheminée plutôt que de sortir en traînée régulière. 

 

            Les 4 membres de la famille : deux adultes et deux fillettes se plaignent des odeurs mais aucun n’a les yeux qui picotent. Aucun ne ressent de nausée non plus. De son côté, le détecteur de fumée, bien en ordre, reste muet. L’heure du coucher arrive. 2 grosses bûches sont ajoutées pour fournir de la chaleur  pendant la nuit.

 

            À 6 :00 le lendemain, comme c’est mardi, la famille se réveille au son de l’alarme. La plus jeune se plaint instantanément d’un mal de tête. Suivie de sa mère, incapable de se sortir du lit tant les symptômes sont forts.  Le père est atteint aussi de maux de tête ainsi que la plus vieille des filles, qui aura des vomissements quelques fois dans la journée.  Se rappelant de la réaction du poêle à bois la veille, l’homme sort inspecter la cheminée à la clarté du jour puis remarque que le capuchon de la partie inférieure est tombé.

 

Cheminée de type Selkirk.  Le capuchon (no4 sur l'image ci-haut) étant tombé, la combustion du bois ne pouvait se produire de la bonne façon, ce qui a causé une présence de monoxyde de carbone dans la maison.  

 

La fumée pouvait donc s’échapper sans trop de problème mais le monoxyde de carbone non. Chef pompier à Escuminac et spécialiste en ramonage de cheminées, Renaud Lebreux confirme que le monoxyde de carbone a été créé par la mauvaise combustion du bois :

 

            Un détecteur de monoxyde de carbone a été installé dans la maison,  équipement primordial pour les propriétaires de système au bois, ajoute le pompier volontaire :

 

            Bien que les 2 adultes préfèrent demeurer dans l’anonymat, ils aimeraient que leur expérience serve à ceux qui chauffent au bois. S’ils avaient fait leur premier feu de l’année un jour de fin de semaine, il y a fort à parier qu’ils n’auraient pas programmé l’alarme pour le réveil du lendemain.

 

Tableau sur les effets du Monoxyde de carbone

Retour

PARTAGER