Informations régionales

La Cour Supérieure interdit la formation au camp de la Rivière

La Cour Supérieure interdit la formation au camp de la Rivière

25 mai 2018

La Cour Supérieure interdit aux environnementalistes de tenir leur camp de formation sur la désobéissance civile au Camp de la Rivière.

 

            Répondant à la demande d’injonction présentée par le gouvernement du Québec, le juge Michel Beaupré s’est rendu aux arguments de l’État, hier.

 

            Il ordonne donc aux occupants des lieux de ne pas tenir d’activité de formation à cet endroit qui se trouve sur les terres du domaine de l’État.

 

            L’automne dernier, un groupe d’opposants aux hydrocarbures a monté ce camp près des installations de Junex à Gaspé pour démontrer son opposition aux projets de la compagnie et au développement des projets d’hydrocarbures. Les environnementalistes ont occupé les lieux tout l’hiver et s’y trouvent toujours.

 

            Le 18 mai dernier, le ministre Pierre Moreau a sommé les occupants de quitter le site, brandissant la menace d’une injonction. Hier, Québec s’est adressé à la cour afin d’obtenir une injonction visant à forcer les occupants à quitter les lieux et remettre le tout en état.  Le juge ne s’est pas prononcé sur le démantèlement du site cependant.

 

            Environnement Vert plus, par le biais de son porte-parole Pascal Bergeron, annonce qu’il se rendra à la décision du juge.  L'occupation du Camp de la Rivière est maintenue, et tout le monde est invité à y passer comme prévu. Cependant, les activités apparentées à un camp de formation en désobéissance civile se tiendront sur des sites à proximité n'appartenant pas aux terres du domaine de l'État.  EVP estime que cette décision vise à bâillonner les environnementalistes.

Retour

PARTAGER