Informations régionales

Kéolis réclame l'aide de l'État pour redémarrer

Les autobus de Kéolis sont cloués au sol depuis mars Photo: archives

Kéolis réclame l'aide de l'État pour redémarrer

29 juin 2020

Kéolis Canada demande à Québec de compenser les pertes liées au nombre restreint de passagers qui peuvent être transportés dans les autobus.

 

            En Gaspésie comme partout ailleurs dans la province, le service de transport interrégional est suspendu depuis mars.

           

            Lorsqu’ils reprendront le service, les grands transporteurs pourront permettre le passage de 13 clients par autobus, sur une capacité de 52.  Les 6 compagnies qui desservent le Québec, comme Kéolis et Intercar, réclament à l’unisson un dédommagement de 6 millions de dollars pour éponger les pertes depuis la suspension du service ce printemps.  Ils demandent aussi une compensation pour combler les pertes de revenus liées aux mesures de distanciation.  Les transporteurs veulent, par ailleurs, du soutien pour couvrir les coûts de la facture de l’ARTM pour l’utilisation de la gare de Montréal et aussi, ils espèrent une aide financière dans les régions où les trajets sont déficitaires, pour un grand total entre 30 et 50 millions de dollars sur 1 an et demi.

 

            Selon Pierre-Paul Pharand, président-directeur général de Kéolis Canada, la reprise du service ne pourra pas se faire sans soutien de l’État, surtout, dit-il, que les trajets régionaux étaient déjà déficitaires avant la pandémie.  La compensation nécessaire de l’État s’élèverait à 1,5 million de dollars pour supporter la desserte en Gaspésie :

            Les transporteurs veulent aussi des clarifications sur les mesures sanitaires qui doivent être appliquées. Kéolis Canada anticipe un déficit de 14 millions de dollars cette année. Le chiffre d’affaire devait être 113 millions de dollars 2020.

Retour

PARTAGER