Informations régionales

Inquiétude chez les travailleurs saisonniers de la SÉPAQ

Photo: archives

Inquiétude chez les travailleurs saisonniers de la SÉPAQ

8 avril 2020

Inquiétude chez les travailleurs de la Sépaq qui risquent de ne pas réussir à se qualifier à l’assurance-emploi si la saison touristique ne prend pas son envol à la date habituelle.

 

            Les établissements de la Sépaq ne sont pas classés services essentiels par le gouvernement.  La pause nationale cause de l’inquiétude dans les sites de qui n’accueillent les touristes qu’en période estivale, entre la fin mai et le début octobre.

 

            La représente régionale du Syndicat de la fonction publique du Québec, Céline Bonneau, note que des discussions ont lieu avec l’employeur pour éviter qu’une certaine classe de main d’œuvre soit laissée pour compte :

            En Gaspésie, le réseau regroupe le Parc de Miguasha, le Parc de la Gaspésie, le Gîte du Mont-Albert, le Parc de l’Île Bonaventure et du Rocher-Percé et la réserve faunique de Port-Daniel.  Le syndicat souhaite que l’employeur trouve une solution pour garder ses travailleurs réguliers qui possèdent de l’expérience, et parfois des connaissances aussi pointues qu’en matière de paléontologie comme au site fossilifère :

            Par exemple, le conseil du trésor pourrait permettre aux gestionnaires des établissements de plein air de faire un déficit d’opération cette année s’ils rappellent à l’emploi les travailleurs même si la saison s’annonce plus courte ou si elle est annulée.  Céline Bonneau souhaite ainsi que Québec fasse preuve d’une souplesse financière à l’endroit du réseau de la SÉPAQ :

            La représentante syndicale invite aussi les travailleurs, individuellement, à soumettre à leur employeur des idées de tâches de rechange, qui peuvent être des travaux physiques d’entretien notamment, en attendant le démarrage des opérations régulières.

Retour

PARTAGER