Informations régionales

Bon bilan sur la rétention, mais mitigé sur l'attraction

Photo: Capture d'écran de la capsule vidéo Vivre en Gaspésie

Bon bilan sur la rétention, mais mitigé sur l'attraction

27 février 2019

La Gaspésie devra accentuer ses efforts pour changer la perception qu’ont les résidents de l’extérieur qu’il n’y a pas d’emplois dans la région.

 

            Le coordonnateur de la stratégie Vivre en Gaspésie dit être emballé du dernier solde migratoire interrégional.  Toutefois, Danick O’Connor ne cache pas qu’il reste du travail à faire.

 

            Pour une deuxième année consécutive, la Gaspésie-les Îles arrive en tête des régions éloignées des grands centres qui réussissent à attirer plus de gens chez elle qu’elle n’en voit quitter.

 

            Mais, si le bilan est positif, c’est parce que l’hémorragie vers d’autres régions a diminué beaucoup.  En 2012, 2340 personnes quittaient la Gaspésie et les Îles.  En 2018, le  nombre de sortants étaient de 1965.  400 personnes de moins avaient donc quitté la région dans l’année.  Pour ce qui est du nombre d’entrées, le bilan est plus mitigé.  Ils étaient 2365 à avoir emménagé dans la région en 2012 contre 2200 en 2018.  La Gaspésie a donc accueilli moins de nouveaux résidents en 2018 qu’en 2012.  Danick O’Connor explique que la région réussit bien à retenir ses résidents :

            Toutefois, il faut insister sur la perception fausse qu’ont les Québécois du marché du travail gaspésien et madelinot :

            Et le directeur de la stratégie aimerait que la région puisse faire la promotion du nombre réel d’emplois offerts, qui oscillerait aux environs de 1500.  La force de frappe serait plus grande, dit-il.  Selon le profil d’Emploi-Québec, 50 % de ce qui est offert demande un diplôme d’études secondaires ou moins.   L’autre moitié demande des formations professionnelles, collégiales ou universitaires.

https://vivreengaspesie.com/bienvenue/

Retour

PARTAGER