Informations régionales

Beaucoup trop de femelles

Une femelle captée par la caméra d'un chasseur

Beaucoup trop de femelles

26 mars 2018

Le dernier inventaire aérien pour le décompte des orignaux en Gaspésie a permis de constater une grande proportion de femelles qui forment le cheptel.

C’est l’un des constats qui a été présenté lors du congrès annuel de la Fédération des chasseurs et pêcheurs de la Gaspésie, samedi à Bonaventure.

Le biologiste Michel Baril a détaillé les résultats de l’inventaire aérien réalisé l’an dernier sur la zone 01. Tout d’abord, le ministère de la Faune a calculé 20 000 orignaux en Gaspésie, pour une densité de 11,2 orignaux au 10 kilomètres carrés.

La taille du cheptel est en croissance. Il y a 10 ans, le ministère comptait 18 000 orignaux et en 2000, 9 mille 500 bêtes avaient répertoriées. Le plan de gestion vise une densité de 10 orignaux au 10 kilomètres carré.


Cependant, même si cette espèce occupe bien le territoire en quantité, les observations démontrent que la disproportion est grande entre les femelles et les mâles. 64,5% de la population sont des femelles.

Le biologiste Michel Baril note que les mâles d’âge adulte ne représentent que 20 % du groupe alors que l’idéal serait de 30 %, le reste étant des veaux :


Pour régler la situation, le biologiste affirme que les permis pour la femelle, attribués par tirage au sort seront plus nombreux. Selon le biologiste, c’est le nombre important d’orignaux qui explique ce débalancement :


Le biologiste a aussi confirmé que 97% des orignaux abattus en Gaspésie sont porteur de la tique d’hiver.
Retour

PARTAGER