Informations régionales

«Les Américains viennent gérer nos politiques agricoles»

«Les Américains viennent gérer nos politiques agricoles»

1 octobre 2018

Les Producteurs de lait du Québec dénoncent le nouvel accord qui remplacera l'Accord de libre-échange nord-américain.

 

            Ils lui reprochent d'ouvrir une brèche dans la gestion de l'offre similaire à celle qui avait été accordée dans les deux précédents accords de libre-échange, celui avec l'Europe et celui avec les pays du Pacifique.

 

            Visiblement inquiet, le président de l'association, Bruno Letendre, affirme que la nouvelle entente prévoit une concession de 3,59%, ce qui représente, selon lui, 13 jours de moins en production pour ses membres.

 

            «On pourrait dire que les Américains viennent un peu gérer nos politiques agricoles», s'est-il désolé en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne, lundi matin :

            Cette concession s'ajoute donc à celle comprise dans l'Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste (PGPTP), un accord qu'il avait fallu renommer lorsque les États-Unis lui ont tourné le dos en 2016. Les pays du Pacifique - moins les États-Unis donc - ont obtenu l'accès à 3,25% du marché canadien des produits laitiers.  Le président de l’UPA, Marcel Groleau :

 

            Pour Bruno Letendre, la concession prévue dans l'Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) en est une de trop.  Il a dénoncé le fait que les fermes québécoises devront compétitionner avec les travailleurs illégaux : «Jamais le gouvernement canadien n'a mis ça sur la table pour savoir quel genre de salaire ils pouvaient recevoir», a dénoncé Bruno Letendre.

 

Retour

PARTAGER