Informations régionales

Une première présence de Nathalie Normandeau

30 août 2016

Nathalie Normandeau était présente pour la première fois, hier, au palais de justice relativement au dossier qui a mené à son arrestation par l’Unité permanente anticorruption (UPAC), en mars dernier.

Son avocat et celui de ses six coaccusés, également présents, ont convenu avec la Couronne de poursuivre le 28 septembre les discussions en vue d’une enquête préliminaire à leur procès qui pourrait durer entre 3 et 4 semaines.

Malgré les demandes de deux avocats des accusés, qui souhaitaient éviter à leurs clients de revenir devant le tribunal dans un mois, le juge Jean-Louis Lemieux a exigé une nouvelle fois leur présence à cette prochaine étape.

En sortant de la salle d’audience, au palais de justice de Québec, l’ex-vice-première ministre n’a pas voulu commenter les procédures. « Vous m’écouterez le 6 [septembre] », s’est-elle contentée de répondre aux journalistes qui la sollicitaient, faisant référence à la mise en ondes de sa nouvelle émission radiophonique.

Elle a indiqué qu’elle parlera « peut-être » de son procès à ce moment. Jacques Larochelle, avocat de l’ex-ministre et organisateur libéral Marc-Yvan Côté, également au nombre des accusés, a tenté en vain, lundi, d’éviter le retour de son client dans un mois pour la suite de la conférence de gestion préalable à l’enquête préliminaire.

« À quoi ça sert de les faire parader ? » a-t-il demandé au magistrat qui a rejeté cette demande en soulignant que leur présence était nécessaire pour faciliter les procédures.

Les avocats de la défense ont obtenu que la Couronne précise d’ici la prochaine audience les éléments de preuve qui seront utilisés pour l’enquête préliminaire.

Le procureur Claude Dussault a affirmé qu’il soumettra une liste « non définitive » des pièces dont il se servira.

Retour

PARTAGER