Informations régionales

Une mort considérée suspecte dès le départ

Sonia Raymond, la veille de son décès

Une mort considérée suspecte dès le départ

10 mars 2017

Le premier intervenant d’urgence à avoir été appelé à porter secours à Sonia Raymond lorsque son corps a été retrouvé a tout de suite compris qu’il s’agissait d’une mort suspecte.

À quelques pas de Réal Savoie qui est accusé de meurtre dans cette affaire, l’ambulancier de Carleton Jean-Guy Cyr a décrit, hier, aux membres du jury la scène qu’il a observée à son arrivée.

Sonia Raymond se trouvait couchée sur les herbes de mer, à quelques centimètres du muret de la descente de bateaux, dans le secteur ouest de Maria, près du motel Chic-Chocs.

Le bas de son corps était nu, son short et son sous-vêtement se trouvaient enroulés sous sa jambe mais ses vêtements du haut n’avaient pas été retirés.


En tentant de prendre ses pulsations à son cou, comme le commande le protocole d’intervention, l’ambulancier savait que la dame était décédée, a-t-il dit. D’ailleurs, Jean-Guy Cyr a observé aussitôt une goutte de sang coagulé.

Il a soumis au jury avoir observé que la teinte de sa peau avait aussi commencé à changer. Il a raconté à la cour, hier, avoir aussitôt averti son co-équipier, Robert Boudreau, qu’il fallait appeler la police :


À l’arrivée des policiers, les ambulanciers se sont fait indiquer de quitter le site.

En répondant aux questions de l’avocat de Réal Savoie, le premier enquêteur au dossier, Claude Nadeau, a souligné qu’il s’agissait de sa première enquête pour meurtre.

Le 18 septembre qui a suivi la découverte du corps, l’enquêteur a raconté, hier avant-midi, avoir soumis une pile de 513 photographies d’hommes à Juliane Cyr qui avait remarqué un individu sur la plage alors qu’elle était à vélo le jour de la découverte du corps.

Agenouillée pendant plus ou moins une demi-heure à la table du salon chez elle, la fillette de 6 ans à l’époque a indiqué 3 clichés avec son doigt, a raconté l’enquêteur Nadeau, dont une de façon plus spontanée, qui était celle de l’accusé a fait remarquer le policier.

Le policier a noté, par ailleurs, qu’aucune enquête sur les 2 autres individus, n’avait eu lieu. Juliane Cyr n’a pas été entendue par le jury depuis le début des témoignages.


Photo: Martin Veilleux du service d'identité judiciaire 

Près du corps de la dame de 32 ans, par ailleurs, le spécialiste en identité judiciaire, Martin Veilleux, a noté au jury avoir saisi une serviette, des scandales de femme, des lunettes soleil et une capsule de bouteille de bière.

La victime se trouvait à un jet de pierre de sa Mazda Precidia, stationnée aux abords de la route.

Retour

PARTAGER