Informations régionales

Une année charnière pour Pétrolia

6 mars 2017

2017 sera une «année charnière» pour Pétrolia.

L'entreprise québécoise décidera de l'avenir du projet de gaz naturel Bourque dans les prochains mois, en plus d'aller de l'avant avec ses projets de fracturation hydraulique sur l'île d'Anticosti l'été prochain.

Pétrolia analysera dans quelques semaines les données recueillies par des instruments laissés dans les puits du projet Bourque, au sud de Grande-Vallée. Elle prépare aussi activement sa campagne de forage estivale à Anticosti, un projet controversé qui compte nombre d'opposants.

Malgré les embûches et les réticences du gouvernement Couillard, Pétrolia est plutôt «optimiste» pour les travaux à venir. «C'est une année charnière pour Bourque et pour Anticosti», a fait savoir le directeur des affaires publiques de l'entreprise, Jean-François Belleau, dans une entrevue avec La Presse canadienne vendredi. Il se fonde sur les déclarations passées du ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, qui a assuré que le gouvernement allait respecter le contrat concernant Anticosti.

L'État est en effet le partenaire financier dans la société Hydrocarbures Anticosti, avec Pétrolia, depuis le gouvernement Marois, même si le premier ministre Philippe Couillard a déjà affirmé qu'il ferait tout pour empêcher le recours à un procédé d'extraction contesté, la fracturation hydraulique, sur l'île. «On est en train de préparer la campagne de forage avec fracturation pour 2017», a expliqué Jean-François Belleau. Il s'agira de trois forages pétroliers avec trois fracturations hydrauliques.

Quant au projet Bourque, qui compte trois puits, dès que les conditions météo le permettront, les instruments installés pour trois mois dans les puits seront récupérés. Retour

PARTAGER