Informations régionales

Rejets du lieu d'enfouissement technique: des inquiétudes persistent

12 avril 2016

Le public a réclamé, hier soir, que Saint-Alphonse commande un examen plus approfondi des effets du Lieu d’enfouissement technique sur les cours d’eau environnants.

Avec le maire de Saint-Alphonse, Gérard Porlier, l’hydrologue de la firme Pesca Environnement, Renaud Quilbé, a présenté les résultats de l’exercice d’échantillonnage qu’il a réalisé le 18 novembre sur les eaux de lixiviation provenant du lieu d’enfouissement technique et dans les cours d’eau récepteurs.

Une quarantaine de personnes se sont présentés au centre communautaire de Saint-Alphonse.

L’étude démontre, notamment, une présence trop importante de coliformes fécaux dans la petite rivière Bonaventure, qui traverse le territoire de Saint-Siméon, ce qui rend l’eau, à cet endroit, impropre à la consommation.

La présence de coliformes fécaux est même de 50% trop élevée pour que la baignade soit sans danger. Les tests de Pesca Environnement démontrent, par contre, que la contamination ne provient pas de LET.

Présent à l’assemblée, le maire Jean-Guy Poirier a déclaré qu’il voulait en connaître la source :

 

Les tests de novembre ont aussi démontré, entre autres, un dépassement des normes de rejet d’azote amoniacal, dans l’effluent.

Ceci peut s’expliquer par une baisse de l’efficacité du traitement, en période froide. Comme la firme Pesca le recommande elle-même dans son rapport, Jacques Ouellet, citoyen de Saint-Alphonse, demande que les mêmes 71 paramètres soient testés en été, lorsque l’effet du traitement du lixiviat est optimal :

 

En plus de réclamer des tests supplémentaires, certains citoyens, comme Bertin Saint-Onge, ont demandé que la municipalité propriétaire du site prenne les moyens pour respecter les règles :

 

Pesca Environnement estime aussi que végétaliser les parties du fossé de l’effluent qui sont à nu pourrait améliorer la filtration des rejets.

Retour

PARTAGER