Informations régionales

Propos dégradants sur les médias sociaux: la SQ avertit les utilisateurs

Propos dégradants sur les médias sociaux: la SQ avertit les utilisateurs

9 février 2017

La police invite les utilisateurs des réseaux sociaux à faire preuve de retenue parce qu’un discours haineux peut aboutir à des accusations criminelles.

Le maire de Carleton-sur-Mer a été la cible, samedi, de propos dégradants sur Facebook dans la foulée de l’attentat survenu dans une mosquée de Québec.

Par solidarité, des drapeaux du Maroc et de l’Algérie ont été placés en berne sur un mat dans la cour de l’hôtel de Ville. Une marche de soutien a été organisée aussi à Carleton, ce qui a poussé un utilisateur de Facebook à écrire, sous un pseudonyme, un commentaire à caractère sexuel sur le maire de Carleton-sur-Mer.

Contacté, l’utilisateur s’est défendu d’être raciste. Son commentaire, dit-il, est plutôt de nature à attaquer l’impression de récupération politique de tels événements avec un humour qu’il qualifie lui-même de bas étage. Le maire de Carleton-sur-Mer a préféré ne pas commenter, ni donner suite à de telles attaques, tout en rejetant l’accusation de récupération politique. Il a annoncé en janvier qu’il se retirait de la vie municipale en ne briguant pas de troisième mandat aux prochaines élections.

La Sûreté du Québec affirme que les utilisateurs de réseaux sociaux doivent prendre conscience que leurs propos sont publics et donc, soumis à la loi. Une incitation à la haine peut aboutir à des accusations criminelles, comme l`explique le porte-parole, Claude Doiron :



Le porte-parole de la Sûreté du Québec affirme que les dérapages sont relativement fréquents, mais aucun n’a abouti à des accusations criminelles en Gaspésie ou au Bas-Saint-Laurent.  Retour

PARTAGER