Informations régionales

Procès pour le meurtre de Sonia Raymond: Guy Lebel estime entre 600 et 700 témoins rencontrés

Guy Lebel, l'enquêteur qui a été en charge du cas de Sonia Raymond

Procès pour le meurtre de Sonia Raymond: Guy Lebel estime entre 600 et 700 témoins rencontrés

10 mars 2017

Réal Savoie a été considéré comme suspect dans le meurtre de Sonia Raymond dès les premiers jours qui ont suivi la découverte de son corps inanimé sur une plage de Maria.

Devant faire face à 3 chefs d’accusation, plus de 20 ans après les événements survenus le 27 juillet 1996, Réal Savoie a été rencontré par les policiers la première fois en septembre de la même année, a raconté aujourd’hui l’enquêteur principal au dossier.  Les policiers détenaient certains indices permettant de le cibler: il avait été identifié par une témoin et un item jugé significatif avait été saisi dans la camionnette qu'il conduisait.

Guy Lebel a été appelé à la barre vendredi au palais de justice de New Carlisle où il a révélé qu’entre 600 et 700 personnes avaient été contactées ou interrogées dans cette affaire, lorsque le dossier était sous sa responsabilité.

Lors de son interrogatoire mené par la poursuite, le policier à la retraite a mentionné au jury qu’en plus de la voiture plaquée au nom de la victime, une Mazda Precidia, la Sûreté du Québec avait saisi une petite camionnette bleue, rouillée.

L’enquêteur, qui sera contre-interrogé seulement lundi à la demande de l’avocat de l’accusé, a noté que ce véhicule était utilisé par Réal Savoie. Lors de la fouille, un objet a été ajouté au dossier comme pièce à conviction; un étui à couteau qui a été trouvé derrière le banc du passager.

Des photos de la reconstitution de l’agression ont été soumises à l’attention du jury également, cet après-midi. Elles montrent des policiers, un homme et une femme, qui se sont fait dicter par Juliane Cyr, 6 ans à l’époque, les positions à prendre pour imiter l’altercation qu’elle disait avoir vue 54 jours plus tôt près du débarcadère où Sonia Raymond a été retrouvée morte.

La fillette a décrit une scène en évolution où un homme était agenouillé sur une femme qui était d’abord tournée face contre terre puis qui s’est retrouvée sur le dos.

Sur son vélo, Juliane Cyr tournait dans le sens anti-horaire en attendant sa mère et sa sœur en regardant en direction de la mer. Selon l’enquêteur, elle avait une vue en plongée de la plage.


Le jour de la reconstitution, Guy Lebel a mentionné que Juliane Cyr a également identifié parmi 513 photos, Réal Savoie mais aussi 2 autres individus qui, toutefois, ne pouvaient pas se trouver dans la région le jour du meurtre.

L’autopsie a démontré que Sonia Raymond est décédé par le passage d'une arme blanche à son cou, d'avant vers l'arrière en premier lieu et sans que le pathologiste n'ait pu préciser la direction, en second lieu, a ajouté l'enquêteur.

Contre-interrogé plus tôt en journée par l’avocat de la défense, le spécialiste en identité judiciaire, Martin Veilleux, a noté que la morgue, où reposait Sonia Raymond, n’était pas réfrigérée et que ses mains, qui auraient pu contenir de l’ADN de son agresseur, étaient recouvertes de sacs de plastique alors qu’à son niveau, a-t-il noté, l’utilisation de sacs de papier est une pratique plus courante pour éviter la putréfaction.


Le procès se poursuivra à compter de lundi, 9 :00, avec le contre-interrogatoire de l’enquêteur Guy Lebel. Retour

PARTAGER