Informations régionales

Plus de demandes d'aide de victimes à prévoir

24 octobre 2016

Le CALACS s’attend à recevoir plus de demandes d’aide dans les prochains jours, à la suite des dénonciations d’agressions sexuelles survenues au Québec.

Des cas médiatisés, comme ceux soulevés à l’Université Laval et celui d’Alice Paquet, qui allègue avoir été agressée à deux reprises par le député libéral Gerry Sklavounos, provoquent habituellement une augmentation des dénonciations dans la région.

La directrice du Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel de la Gaspésie, Annick Bouchard-Beaulieu, confirme la tendance :

 

 

Il y a aussi d’autres éléments déclencheurs qui peuvent expliquer qu’une victime déciderait de dénoncer son agresseur :

 

 

Annick Bouchard Beaulieu précise que l’un des moments difficiles pour la victime, après la dénonciation, est de déposer une plainte en justice.

L’organisme rappelle qu’il est accompagnateur dans la démarche :

 

 

La directrice du CALACS croit qu’il y a encore du travail à faire pour changer les mentalités sur le consentement, entre autres.

Le CALACS a reçu, depuis le début de l’année, 54 dossiers de dénonciation et rappelle que les 2/3 des victimes sont des jeunes de moins de 18 ans. En 2015, on en comptait 10 de moins, au total.

Retour

PARTAGER