Informations régionales

Pas de baleineaux dans les sites de reproduction

Pas de baleineaux dans les sites de reproduction

6 mars 2018

Les scientifiques n’ont observé cet hiver aucun petit de baleines noires de l’Atlantique Nord dans leur site de reproduction habituel.

Ceci fait craindre le pire pour la survie du mammifère marin menacé d’extinction.

Habituellement, les baleines franches mettent bas au large de la Géorgie et de la Floride de décembre à la fin mars, avec une période plus active en janvier et février. Or, les chercheurs n’ont aperçu cette année aucun duo mère petit dans ces secteurs.

Cet inquiétant constat fait suite à l’un des plus hauts taux de mortalité enregistrés au cours des récentes années pour ces baleines noires de l’Atlantique Nord. La population de baleines franches ne dépasserait pas 450 individus actuellement, selon les biologistes.

Au moins 18 baleines noires de l’Atlantique Nord ont été retrouvées mortes dans les eaux canadiennes et américaines l’été dernier, vraisemblablement empêtrées dans des cordages de pêche ou victimes d’une collision avec un navire.

Philip Hamilton, chercheur au Centre pour la vie marine Anderson-Cabot, de Boston, suggère que l’absence apparente de baleineaux cet hiver pourrait être liée à une pénurie de nourriture, ce qui pousserait les femelles à éviter une grossesse. Le phénomène pourrait aussi être attribué à un déménagement du site de reproduction, ou à des changements environnementaux qui affecteraient les mères.

Selon le scientifique, il n’est jamais arrivé par le passé qu’aucun baleineau ne soit observé dans ces secteurs au cours d’une année, ce qui ajoute à l’inquiétude déjà grande à la suite d’un taux de mortalité élevé. Retour

PARTAGER