Informations régionales

Les explications d'Alphonse Bernard

Alphonse Bernard

Les explications d'Alphonse Bernard

26 octobre 2017

Alphonse Bernard accuse l’ex-directeur général de la Ville de Carleton-sur-Mer d’avoir fait naître un conflit inexistant avant son arrivée à son poste.

Il critique aussi le maire Denis Henry de ne l’avoir jamais rencontré pour négocier une entente, lorsque le bail de 20 ans est arrivé à échéance en juin 2011. Au passage, le propriétaire qui vient d’obtenir un jugement favorable du tribunal administratif du Québec écorche le candidat à la mairie de Carleton-sur-Mer, Normand Parr, de ne pas avoir agi dans l’intérêt des citoyens alors qu’il avait la responsabilité du dossier des finances de la Ville au conseil municipal.

Alphonse Bernard fait valoir qu’à la dernière année du bail, il en coûtait 1169 $ par année à la Ville pour pomper l’eau potable de la source située sur sa terre, dans la route Bernard. Le 12 octobre, le tribunal a ordonné, pour compenser son expropriation, à la Ville de lui verser une indemnité de 567 mille dollars. Mais au total, avec les intérêts courant depuis avril 2015, moment de l’expropriation, les frais d’experts à rembourser, les frais de défense de la Ville et l’indemnité à verser à Jean-François Bernard, ce conflit qui dure depuis 5 ans coûtera plus 1 million de $ aux contribuables. En point de presse en réaction au jugement cet avant-midi, le comptable agréé de carrière a soutenu que, n’eût été des démarches entreprises par la Ville de l’exproprié, les probabilités sont fortes qu’un bail de location aurait été reconduit :

Par contre, Alphonse Bernard a noté qu’il ne se sent pas à l’aise dans cette situation :

Alphonse Bernard comprend mal pourquoi il n’a jamais pu discuter avec des représentants de la Ville outre que par le biais d’échanges de lettres et de courriels sur ce sujet alors qu’il a pu rencontrer le maire Henry pour le droit de passer sur sa terre dans la montagne. Retour

PARTAGER