Informations régionales

Le SIIEQ ne croit pas en la promesse de la direction du centre intégré

Le SIIEQ ne croit pas en la promesse de la direction du centre intégré

1 février 2017

Le Syndicat des infirmières se dit sceptique vis-à-vis la volonté réelle du CISSS de corriger les lacunes dans la qualité des soins.

Le Protecteur du citoyen vient de publier un rapport faisant état de nombreuses lacunes dans la qualité des soins fournis dans 10 établissements de santé.

19 recommandations ont été émises et la direction du CISSS s’est engagée à les appliquer.

Dans un premier temps, la présidente du Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes accueille positivement le rapport qui démontre, selon elle, le sérieux du dossier noir qui est à l’origine de l’enquête du Protecteur du citoyen. Elle affirme que ce rapport vient confirmer plusieurs lacunes souvent dénoncées par le SIIEQ.

Elle se réjouit particulièrement du fait que le Protecteur reconnaisse la surcharge de travail et qu’il recommande un mécanisme permettant au personnel infirmier d’obtenir du soutien en cas de surcharge.


Cependant, Micheline Barriault juge que la réaction de la direction du CISSS est insuffisante. Même si les 19 recommandations seront appliquées, la direction n’aurait pas l’intention d’embaucher des ressources humaines supplémentaires.

Il est plutôt question de réorganisation du travail. Pour Micheline Barriault le personnel n’est tout simplement pas assez nombreux :

 


 

Concernant la conclusion du rapport du Protecteur du citoyen, où on peut lire que les lacunes observées ne sont pas majeures, Micheline Barriault affirme être d’accord avec cette affirmation.

Mais elle explique qu’un délai trop long, comme rapporté par le Protecteur, peut mener à une situation médicale plus sérieuse :

 


 

Le SIIEQ a bien l’intention de maintenir la pression sur le CISSS dans ce dossier.

Retour

PARTAGER