Informations régionales

Le ministre ne ferme pas la porte à la fracturation

Le ministre Pierre Moreau

Le ministre ne ferme pas la porte à la fracturation

1 novembre 2017

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Moreau, ouvre la porte à des resserrements au projet de règlement découlant de la Loi sur les hydrocarbures.

 Il a toutefois hésité à s’avancer sur une éventuelle interdiction de la fracturation hydraulique, puisque « c’est une question qui peut avoir une connotation juridique.

C’est ce qu’il a affirmé en marge d’une allocution prononcée à Montréal, lundi, dans le cadre de la conférence annuelle de l’Association pétrolière et gazière du Québec.
Le règlement sur les hydrocarbures a été la cible de critiques, notamment en raison de certaines dispositions, comme la distance minimale entre des puits de pétrole et des résidences ainsi que des écoles.
Dans son discours, Pierre Moreau a toutefois promis que Québec n’allait pas autoriser « l’exploration ou l’exploitation dans les cours d’eau, les parcs nationaux, près des garderies, des cours d’école ou au cœur des zones urbaines ».La fracturation hydraulique s’est par ailleurs retrouvée au centre de l’allocution du nouveau ministre des Ressources naturelles. Il a rappelé qu’il n’y avait pas d’acceptabilité sociale de la part de la population à l’égard de ce controversé procédé, et ce, même si l’industrie affirme que les techniques de forage évoluent. Il a par la suite ajouté que cela ne voulait pas dire que le gouvernement était fermé.

 Le ministre a par ailleurs indiqué que son gouvernement ne comptait pas annuler les nombreux permis d’exploration ayant déjà été octroyés dans la vallée du Saint-Laurent ainsi qu’en Gaspésie. M. Moreau a expliqué qu’il n’avait pas lieu d’agir en ce sens, étant donné que la Loi sur les hydrocarbures venait encadrer de façon plus stricte les étapes suivant l’exploration.

Retour

PARTAGER