Informations régionales

Le marché rétrécira, prévoient les producteurs laitiers

Le marché rétrécira, prévoient les producteurs laitiers

4 novembre 2016

Les producteurs de lait de la région estiment que ce qu’ils perdront avec l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange avec l’Europe devra être effacé à jamais.

L’entrée au pays de 17 mille 500 tonnes de fromage de l’Europe équivaut à ce que produisent en moyenne 300 fermes de 60 kilo/jour. Les producteurs veulent que les Libéraux respectent l’engagement des conservateurs.

Les producteurs laitiers et les fromagers s’inquiètent des effets de l’accord de libre-échange parce qu’ils sont convaincus que les consommateurs canadiens seront tentés par les fromages fins européens, souvent moins chers parce que produits à plus grande échelle, subventionnés et profitant d’un taux de change avantageux.

De plus, le lieu de provenance des fromages n’est pas toujours évident à déceler sur les étiquettes, dans les tablettes de supermarchés. Les fromagers craignent que même les consommateurs avertis de réussissent pas à toujours à faire la différence.

Le président des Producteurs laitiers de la Gaspésie, Normand Barriault, soutient que l’intervention de l’État est primordiale parce que c’est la disparition de fermes qui guette l’industrie laitière :


 

Le gouvernement Harper prévoyait, en 2015 une compensation de 2,4 milliards de dollars sur 15 ans. Signataire de l’entente avec l’Union européenne, le gouvernement de Justin Trudeau s’apprête à annoncer à quelle hauteur Ottawa viendra en aide aux producteurs.

Retour

PARTAGER