Informations régionales

Le dossier des dépanneurs-casinos  dans les réserves autochtones inquiète le PQ

Mi.gmag Star sur le boulevard Interprovincial

Le dossier des dépanneurs-casinos dans les réserves autochtones inquiète le PQ

17 novembre 2016

Le dossier des dépanneurs-casinos dans les réserves autochtones de la Baie-des-Chaleurs réapparaît sur la scène publique ce matin, cette fois dans La Presse Plus.

Ces commerces abritant plusieurs machines de loterie-vidéo illégales sont nombreux à Listuguj et à Gesgapegiag. L’équipe de journalistes qui s’est intéressé à la présence d’appareils de ce type en a dénombré 365 seulement à Listuguj. À lui seul, le Restigouche Drive-Thru de Listuguj en compte 56, le Mi.gmag Star, qui se présente aussi comme un dépanneur, en compte 50. À Listuguj, la moitié des dépanneurs casinos se trouvent sur le boulevard Interprovincial, la voie qui relie la Gaspésie au Nouveau-Brunswick. D’ailleurs, selon les plaques d’immatriculation observées par La Presse Plus lors de ses recherches, la majorité des clients proviennent de la province voisine.

Cette question est apparue de façon soutenue dans le paysage médiatique régional il y a une dizaine d’années. Comme il s’agit d’une pratique qui a lieu dans les communautés micmaques, le gouvernement du Québec a toujours préféré s’en remettre aux autorités autochtones. D’ailleurs, aucun appareil n’arbore le logo de Loto-Québec et les dépanneurs présentent une forte odeur de cigarette, malgré que l’usage de tabac soit interdit depuis 10 ans dans les lieux publics.

Le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy, soutient que cette situation traduit un véritable drame social :


 

Le Parti Québécois a l’intention d’aborder cette question à l’Assemblée nationale :


 

Le député de Bonaventure dit s’inquiéter de voir le nombre d’adeptes de ces jeux de hasard être attirés dans ces lieux par une offre de consommations d’alcool gratuites et finir par engloutir des sommes importantes.

Retour

PARTAGER