Informations régionales

La SQ avertit que le registre est là pour être appliqué

La SQ avertit que le registre est là pour être appliqué

6 février 2018

La Sûreté du Québec rappelle que le Registre des armes à feu a force de loi et que les chasseurs doivent s’y conformer.

L’entrée en vigueur du registre des armes à feu la semaine dernière a incité certains groupes à lancer un appel au boycottage. En effet, plusieurs propriétaires se servent de Facebook pour dénoncer le registre et inviter les gens à le boycotter.

Pour le contrôleur des armes à feu de la Sûreté du Québec, Éric Benoit, ne pas se conformer à la loi serait une très mauvaise idée. Il s’agit, dit-il, d’une loi qui est maintenant bien réelle :


Les amendes peuvent varier dépendamment des circonstances. Pour une erreur de bonne foi, un avertissement peut être suffisant, mais les amendes peuvent grimper de 500 à 5000 dollars.

Dans certains cas, les armes pourront être confisquées et le permis de possession révoqué. De plus, Éric Benoit ajoute qu’un propriétaire d’armes qui décide de ne pas se conformer pourrait faire face à des amendes plutôt salées.

D’ailleurs, il rappelle que Facebook ou les forums de discussion laissent des traces qui peuvent aider à déterminer si un individu agit en toute connaissance de cause :



Le groupe Tous uni contre le registre rappelle que les gens ont un an pour se conformer et il invite les propriétaires à retarder le plus possible l’enregistrement.

Selon eux, si en date du 29 janvier 2019 peu d’armes sont enregistrées le registre sera impossible à gérer.

Ils espèrent aussi beaucoup de la contestation judiciaire du Registre présentement menée par l’Association Canadienne des armes à feu.

Ce groupe a tenté d’organiser une manifestation pro armes au parc du 6 décembre, quelques jours avant les commémorations de la tuerie de Polytechnique.

Retour

PARTAGER