Informations régionales

La pire politique du Québec, aux yeux de Sylvain Roy

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy

La pire politique du Québec, aux yeux de Sylvain Roy

12 décembre 2016

Le gouvernement Couillard a suspendu les règles habituelles de la démocratie parlementaire, vendredi après-midi, pour faire adopter de force son projet de loi sur les hydrocarbures.

En vertu de la procédure de bâillon, le volumineux projet de loi 106, qui comprend près de 400 articles, a été adopté tôt samedi matin. Les députés ont débattu du projet de loi en commission plénière toute la soirée vendredi, et un peu avant minuit, le président de l’Assemblée a décidé de suspendre les travaux pour une durée de deux heures.

Après 140 heures d’étude en commission parlementaire, les libéraux ont plaidé que les délibérations avaient assez duré et qu’il y avait urgence de mettre en place les outils législatifs de mise en oeuvre de la politique énergétique 2030.

Le texte législatif accorde notamment un droit d’expropriation aux entreprises pétrolières et n’encadre aucunement la fracturation hydraulique. Autant le Parti québécois que la Coalition avenir Québec (CAQ) et Québec solidaire (QS) ont exprimé leur opposition au projet de loi et à cette procédure de bâillon.

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, qualifie la politique énergétique du Québec comme étant ce qu’il y a de plus dangereux en matière d’occupation du territoire :



L’opposition péquiste a réclamé à de nombreuses reprises la scission du projet de loi, pour que la partie sur la transition énergétique soit adoptée rapidement et que la section sur les hydrocarbures soit étudiée plus amplement.

Le chef de l’opposition officielle a accusé le premier ministre Philippe Couillard d’être «dans le lit» des pétrolières qui ont confectionné sur mesure un projet de loi pour elles.

Retour

PARTAGER