Informations régionales

La carpe asiatique poursuit sa progression

Photo: Ministère de la Faune

La carpe asiatique poursuit sa progression

1 mars 2017

Le ministère de la Faune confirme la présence de la carpe asiatique dans les eaux du fleuve St-Laurent.

En mai, l’an dernier, un pêcheur de la municipalité de Contrecœur, près de Montréal, avait eu une surprise en pêchant une carpe de roseau, l’une des 4 espèces de carpe asiatique.

Cet épisode avait enclenché des mesures gouvernementales pour détecter la présence de ce poisson à plus grande échelle. Grâce à une analyse d’ADN environnementale, réalisée par des chercheurs de l’Université Laval, le ministère est maintenant en mesure de confirmer qu’il ne s’agissait pas d’un cas isolé.

La sous-ministre associée à la faune et aux parcs, Julie Grignon, affirme que le ministre va agir sur plusieurs fronts pour limiter la propagation. Les carpes asiatiques génèrent des impacts majeurs sur les milieux qu’elles colonisent. La carpe de roseau, qui peut atteindre 1,25 mètre de longueur et peser plus de 50 kg, mange beaucoup, tolère bien les changements de températures et les faibles concentrations d’oxygène.


 

Cette situation est prise au sérieux par le gouvernement, puisque la présence de cette espèce indésirable pourrait avoir des impacts négatifs sur l’économie.



 

Retour

PARTAGER