Informations régionales

L'UPA demande un contrôle resserré sur les chevreuils et les coyotes

Coyotes, national geographic

L'UPA demande un contrôle resserré sur les chevreuils et les coyotes

14 novembre 2016

L’UPA souhaite que le ministère de la Faune contrôle davantage les populations de chevreuils et de coyotes.


En 2015, l’Union des producteurs agricoles de la Gaspésie avait décidé de répertorier les dommages causés par les cerfs de Virginie sur les cultures et de sensibiliser le ministère de la Faune à cette problématique.

Selon le président de l’UPA Christian Côté, les derniers mois ont permis de constater que cette problématique est bien réelle pour les agriculteurs et qu’elle atteint même de nouveaux sommets.

Il est courant de voir le chevreuil s’attaquer aux cultures fourragères, mais le président affirme que les chevreuils s'en sont même pris à des productions de pommes de terre, du jamais vu selon lui.

À l’instar de la Fédération des chasseurs qui souhaite la création d’une sous-zone de chasse dans la Baie-des-Chaleurs où l’abattage, d’un certain nombre de femelles, pourrait être permis.

Le président croit que la solution passe par la chasse :

 

 


Concernant la population de coyotes, la situation est aussi préoccupante.

Les ravages causés par ce prédateur dans certains élevages sont de plus en plus importants.

L’UPA a l’intention d’entreprendre des démarches auprès du ministère afin que soit instauré un programme de contrôle avec des primes adéquates pour réduire la population de coyote en Gaspésie.

Ce système a déjà existé par le passé en Gaspésie :

 

 

C’était Christian Côté le président de l’UPA Gaspésie-les Îles.

Retour

PARTAGER