Informations régionales

L'hémodialyse fait couler beaucoup d'encre en Gaspésie

L'hémodialyse fait couler beaucoup d'encre en Gaspésie

15 mars 2017

Les députés de Gaspé et Bonaventure s’unissent pour réclamer que les soins d’hémodialyse soient offerts partout sur le territoire de la Gaspésie.

En réaction à l’entrevue donnée à Radio-Gaspésie par le ministre de la Santé le 10 mars dernier, les députés gaspésiens ont été surpris d’apprendre par le ministre Barrette qu’on en était encore à étudier le lieu d’implantation de nouvelles unités d’hémodialyse. Selon eux, la réponse se trouve dans la recommandation 11 des Orientations ministérielles pour les patients souffrant d’insuffisance rénale publiées par son ministère en octobre 2015. En ce sens, la recommandation 11 fait état d’un temps de déplacement maximal de trois heures aller-retour entre le domicile et le lieu de traitement. Dans la situation actuelle, les patients de la Haute-Gaspésie, de l’Estran, du secteur nord du Grand-Gaspé et d’une partie de la Baie-des-Chaleurs sont hors-normes et certains doivent parcourir le double de la distance recommandée.

Gaétan Lelièvre et Sylvain Roy réclament donc que des sièges d’hémodialyse soient ajoutés dans les hôpitaux de Sainte-Anne-des-Monts, Gaspé et Maria.

Pendant ce temps un résident de Cap-aux-Os, qui doit se déplacer trois fois par semaine à Chanlder depuis plus d’un an pour obtenir des soins en raison d’une insuffisance rénale, affirme avoir reçu une confirmation que le service serait offert bientôt à Gaspé. La directrice des soins infirmiers au CISSS de la Gaspésie, Johanne Méthot, lui aurait confirmé la nouvelle :

De son côté, la porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Gaspésie, Geneviève Cloutier, avoue que son établissement analyse la possibilité de rapprocher les services pour Robert Benoit, sans toutefois préciser l’endroit.

Retour

PARTAGER