Informations régionales

L'analyse provoque un questionnement

Photo; Environnement Vert Plus

L'analyse provoque un questionnement

16 février 2018

La grande majorité des puits de forage considérés comme conformes n’ont pas été localisés par les inspecteurs.

C’est la conclusion du chercheur biophysicien Marc Brullemans et du président d’Environnement Vert Plus Pascal Bergeron suite à l’analyse de 212 rapports d’inspection de puits inactifs réalisée par le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles entre août 2017 et le 1er février 2018.

Cette analyse révèle que des 191 puits considérés comme conformes, seulement 32 ont été localisés. Leur analyse a aussi démontré que, sur 212 puits visés par des rapports d’inspection, aucun n'a été excavé, 13 % (28) ont été vus, selon les photos présentées dans les rapports (la tête ou le sommet des enveloppes étant hors sol), 21 % (45) sont déclarés « localisés » et 65 % (138) sont déclarés « introuvables ». Pourtant, 75 % des dossiers (158) sont fermés et 90 % (191) des puits ou sites sont considérés « conformes ».

Pour le chercheur il s’agit d’un constat troublant. Rien ne peut expliquer selon lui que des puits non localisés soient considérés comme conformes. Puisque les puits n’ont pas été vus par les inspecteurs, Marc Brullemans affirme que les inspecteurs ne pouvaient juger de l’intégrité des coffrages.

Le biophysicien conclut en disant que même les rapports relatifs aux quelques sites qui ont été réellement localisés ne semblent pas convaincants.

Pour Pascal Bergeron d’Environnement Vert Plus, il est difficile de ne pas voir dans les conclusions du ministère une manœuvre pour tromper les citoyens afin de les rassurer sur les projets de forage avec fracturation que le gouvernement Couillard veut autoriser avec sa loi sur les hydrocarbures.

Le cabinet du ministre des Ressources naturelles a répondu, dans un courriel adressé au Devoir, que lorsqu’un puits est introuvable, c’est qu’il est enfoui et qu’il n’y a pas de signe à la surface de contamination ou d’émanation de gaz. C’est sur cette base que le site est déclaré conforme. 

Retour

PARTAGER