Informations régionales

L'aide d'Ottawa sera limitée pour des fermes comme Natibo

Natibo met en marché ses produits au lait de chèvre depuis 3 ans et demi, et récemment de lait de vache également. Photo: Natalie St-Onge

L'aide d'Ottawa sera limitée pour des fermes comme Natibo

18 octobre 2017

La fromagerie Natibo de Caplan pourra compter sur peu d’aide de l’état fédéral pour compenser l’arrivée massive de fromages européens d’ici 5 ans.

Si rien ne change, Natibo n’aura pas accès à l’un des deux programmes d’aide mis en place par Ottawa pour contrer les effets néfastes du décloisonnement des frontières parce qu’il est réservé aux producteurs de lait de vache. Natibo est donc exclue, étant une ferme laitière de lait de chèvre, comme celles produisant du lait de brebis. Et pour avoir accès au programme fédéral, Natalie St-Onge et son conjoint devront réaliser d’importants investissements  :


Natalie St-Onge s’attend à une compétition féroce dans les présentoirs de fromages, si rien n’est fait pour distinguer les produits québécois des 17 700 tonnes de fromages de l’Europe. Ils seront moins chers, de surcroît, parce que subventionnés dans leur pays.

Véritable succès commercial depuis son lancement il y a 3 ans et demi, Natibo continuera de miser sur les consommateurs locaux qui connaissent déjà bien les produits. Si Natalie St-Onge a bon espoir de résister à la vague, c’est parce qu’elle croit que sa clientèle locale continuera de consommer sa production destinée, en premier lieu, au marché de proximité :


Par contre, Natibo pourrait réussir à se distinguer dans les étalages si le MAPAQ poursuit dans son projet d’offrir l’appellation réservée «Fromage fermier» aux petits producteurs :


Une pétition a été instiguée par la propriétaire de la fromagerie Nouvelle-France pour inciter Ottawa à ouvrir son programme aux fermes de lait de brebis et de chèvre. Retour

PARTAGER