Informations régionales

L'accord de la municipalité n'était pas obligatoire

Jacques Perron consultant pour Gastem

L'accord de la municipalité n'était pas obligatoire

6 septembre 2017

Gastem n'avait pas à obtenir l'accord de la municipalité pour rendre son projet de forage réalisable à Ristigouche partie Sud-Est.

Par contre, Jacques Perron qui représentait Gastem sur le terrain était soucieux que le projet soit bien ou moyennement bien accueilli. Sinon, a-t-il ajouté, "la pente serait dure à remonter. "

En effet, en mai 2012, l'ex-mairesse Anette Sénéchal et la secrétaire-trésorière de l'époque Suzanne Bourdages ont confirmé au représentant de Gastem que le projet était toujours bien accepté dans la population, une préoccupation que Gastem avait.

"Les compagnies ne veulent pas de confrontation", a glissé Jacques Perron lors du contre-interrogatoire mené ce matin par l'avocat de la municipalité, Jean-François Girard.


La Municipalité souhaitait même la réalisation du projet dans l'année, selon l'information qui émanait des rencontres entre Gastem, la mairesse et la secrétaire-trésorière.

L'opposition citoyenne a toutefois commencé à se faire sentir, vers la fin de l'été 2012. La Ville de Gaspé se préparait, au même moment, à adopter un règlement restrictif empêchant les forages à proximité d'une source d'eau potable comme souhaitait le faire Petrolia à Haldimand.

Jacques Perron a expliqué cet avant-midi que, lorsque Ristigouche partie Sud-Est est arrivée avec un règlement en mars 2013, pliant face aux pressions populaires, le projet n'était plus faisable. Le règlement était "très limitatif".

Juste avant, le ministère des Ressources naturelles avait octroyé un permis de forage en juillet 2012.

Jacques Perron est retourné une seule fois ensuite, en 2014, pour l'abandon du puits conducteur.

En ce moment, la cour entend le contrôleur financier qui était à l'embauche de Gastem au même moment. Gastem réclame 1,5 million de dollars à la municipalité puisqu'elle la prétend responsable du tort qu'elle a subi dans ce dossier. Retour

PARTAGER