Informations régionales

Jérémie Viktor Lagacé voulait vendre des armes

Mercredi, à son entrée au palais de justice de Carleton

Jérémie Viktor Lagacé voulait vendre des armes

25 août 2017

Jérémie Viktor Lagacé aurait tenté de se départir d’un Remington 7 millimètres magnum dans les jours qui ont précédé la mort du touriste français à Saint-André.

Le propriétaire du Dépanneur Aigle d’or à New Richmond a rapidement reconnu l’homme de 23 ans, mercredi, lorsque son visage est apparu dans les médias.

Jérémie Viktor Lagacé fait face, actuellement à 2 chefs d’accusation, relativement à la mort de Fabrice Durand, la veille, dans le secteur de la chute à Picot.

Il doit, pour le moment, répondre d’un chef portant sur l’usage négligent d’une arme à feu et sur bris de condition.


Le détaillant d’armes soutient que l’homme de petite taille avait exactement la même allure que le jour où il s’est présenté dans la partie chasse et pêche de son magasin, portant un chandail Fox vert et des lunettes protectrices. Ils avaient discuté, tous les deux, pendant approximativement une heure dans le commerce, raconte Benjamin Roy.

Le propriétaire relate que l’homme s’est présenté avec une arme à feu et un arc dans les 7 à 9 jours qui ont précédé sa mise en accusation, le lendemain des événements de Saint-André.

Il voulait revendre les deux armes, sans toutefois être en mesure de fournir le certificat attestant qu'il possédait cette arme en toute légalité :

 


 

Jérémie Viktor Lagacé a déjà fait face à la justice. Il a été déclaré coupable d’avoir tué ou blessé un animal, d’avoir proféré des menaces et d’intrusion de nuit. L’homme avait fait les manchettes pour des faits survenus en 2014. Il avait tué un chien que le propriétaire de la résidence aimait. Lors de son arrestation, pas moins de cinq armes à feu enregistrées avaient été découvertes dans sa chambre, selon un agent dont les propos avaient été rapportés par un hebdomadaire local de Rimouski. Retour

PARTAGER