Informations régionales

EVP croit qu'un juteux contrat aidera la vente de Ciment McInnis

15 janvier 2018

La Caisse de dépôt et placement du Québec pourrait profiter de la possibilité d’un contrat important pour se départir de la cimenterie.

C’est l’hypothèse qu’avance Pascal Bergeron d’Environnement Vert Plus, qui a maintes fois dénoncé, par le passé, les agissements de Ciment McInnis.

Propriétaire à 55 % des installations, la Caisse de dépôt et placement du Québec aurait consulté des conseillers afin d’évaluer différents scénarios concernant l’avenir de la cimenterie. La vente, la recherche de nouveaux partenaires ou le maintien des activités actuelles seraient présentement analysés.

Pascal Bergeron n’est pas surpris de cette nouvelle. Selon des experts comme Colin Sutherland de la firme SC analytics, rappelle Pascal Bergeron, la construction d’une cimenterie, comme celle de Port-Daniel, doit coûter entre 700 et 800 millions de dollars. Des dépassements de coûts importants ont fait grimper la facture à 1,5 milliard de dollars. À ce prix, il n’est pas étonnant, toujours selon Pascal Bergeron, que la Caisse songe à se retirer de ce projet. Le président d’Environnement Vert Plus émet l’hypothèse que les dirigeants de la Caisse pourraient profiter d’un juteux contrat à venir pour se départir de ses parts. En effet, avec un carnet de commandes garni, il serait plus facile de se retirer du projet. D’après Pascal Bergeron, le chantier du Réseau électrique métropolitain pourrait faire partie des considérations :


Pascal Bergeron réclame plus de transparence dans ce dossier :



C’était Pascal Bergeron. Retour

PARTAGER