Informations régionales

En route vers le nouveau programme d'éducation à la sexualité

Sur la photo: Caroline Bouchard, enseignante-ressource, Julie Bourdages, directrice adjointe, Katia Guité, coordonnatrice des services pédagogiques

En route vers le nouveau programme d'éducation à la sexualité

20 février 2018

Les services pédagogiques de la Commission scolaire René-Lévesque déploient leurs efforts pour mettre en place le programme d’éducation à la sexualité afin que les équipes-école soient prêtes pour septembre.

Comme le commande le ministère de l’Éducation, tous les enfants du Québec, qu’ils soient au préscolaire, primaire ou au secondaire, commenceront à baigner dans cette nouvelle approche dès la prochaine rentrée.

Le ministère veut que les enfants puissent reconnaître les situations d’agression sexuelle en première année et les façons de se protéger. En deuxième année, les élèves seront amenés à reconnaître divers sentiments pouvant être éprouvés dans une relation.

Le programme évolue vers des situations de plus en plus complexes au fil du parcours scolaire. C’est en troisième secondaire, à 14 et 15 ans, que la matière sera la plus dense.

Le programme est bâti pour que les enseignements soient livrés de façon structurée, pour suivre le développement de l’élève.

Les enseignants aborderont les questions des stéréotypes, de l’estime de soi, des grossesses et de la vie amoureuse. Le programme final n’est pas adopté à la virgule mais les thèmes sont clairs.

Il est à l’essai, cette année, à l’école Le Bois-Vivant de New Richmond. La directrice ajointe, Julie Bourdages :


Caroline Bouchard, qui est enseignante-ressource à cette école, perçoit que la matière sera bien campée dans la vie de tous les jours :


Coordonnatrice des services pédagogiques à la Commission scolaire René-Lévesque, Katia Guité, constate que le matériel est prêt, ce qui ajoute au confort du personnel à plonger dans cette matière :


L’équipe-école pourra obtenir du soutien de différents spécialistes, aussi, mais le programme vise à ce que le cœur des apprentissages soit dirigé par les titulaires de classe qui voient arriver cette responsabilité éducative désormais mieux balisée. Retour

PARTAGER