Informations régionales

Déplacements en avion: un coût de revient parfois moins élevé qu'en voiture

3 novembre 2016

Une étude de LBA Stratégies Conseils démontre qu’il y a aussi peu que 30 dollars de différence entre acheter un billet d’avion et rembourser les frais de déplacement en voiture pour un voyage à Montréal.

L’étude commandée par la Ville de Bonaventure sur le maintien de la desserte aérienne à l’aéroport démontre, en effet, que prendre l’avion coûtera 939,62 $ pour un voyageur partant de Bonaventure pour se rendre au centre-ville de Montréal.

Si ce même passager, qui choisit de voyager solo, décide de prendre la voiture et charger à l’institution qu’il représente 43 cents du kilomètre, les déboursés pour son déplacement s’élèveront à 909,92 dollars.

La différence n’est donc que de 29,70$.

Bonaventure a commandé cette étude pour amener plus de clients à choisir l’avion.

Le maire, Roch Audet :

 

La même recherche de LBA Stratégies démontre que la situation d’un passager de Bonaventure est en tous points semblables pour celui qui partira de Paspébiac, Port-Daniel ou Chandler et qui devra faire un bout de trajet en voiture vers l’aéroport de Bonaventure d’abord.

Le voyage en avion d’un passager en provenance de New Richmond, Maria, Carleton et Nouvelle coûtera plus cher qu’en voiture, mais la différence de coût oscillera entre 82 et 160 dollars.

Le tout, sans compter qu’au total, le temps de déplacement pour arriver au centre-ville de la métropole prendra plus que le double en voiture.

Le maire Audet souhaite que cette démonstration aidera Pascan Aviation à ajuster ses prix et orientera ses campagnes promotionnelles en fonction de ces données :

 

Pour les déplacements vers Québec, les déplacements en voiture sont beaucoup moins coûteux.

Le voyageur en provenance New Richmond, Maria, Carleton et Nouvelle fera économiser à l’entité qui le rembourse entre 264 et 341 dollars s’il choisit de prendre sa voiture.

Même si une valeur économique est attribuée au temps épargné pour les passagers à l’ouest de Maria, il demeure difficile de justifier économiquement un déplacement par avion à destination de la colline parlementaire.

Retour

PARTAGER