Informations régionales

Comme on disait...

îer-Luc Bujold

Comme on disait...

8 février 2018

Le SIIIEQ se réjouit de la main tendue par le premier ministre, mais affirme que les solutions sont connues depuis longtemps.

Depuis la semaine dernière suite au cri du cœur d’une infirmière de l’Estrie les conditions de travail de ces dernières sont sur la sellette. Le premier ministre Philippe Couillard a même invité les infirmières à lui proposer des solutions pour améliorer la solution.

Le président du syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l’Est-du-Québec, Pier-Luc Bujold se réjouit de cette ouverture du premier ministre, mais il affirme du même souffle que les solutions sont connues depuis des années. En effet, le syndicat revendique depuis longtemps une plus grande stabilité dans les équipes de travail, le remplacement des absences et l’embauche de plus de personnel pour contre la rareté de la main-d’œuvre qui est à l’origine de l’épuisement dont se disent victime les infirmières. Pour Pier-Luc Bujold il est clair que la solution passe par un investissement massif. Même s’il est quelque peu frustrant de voir le gouvernement soudainement prêter l’oreille à des problématiques connues, Pier-Luc Bujold croit que le contexte est présentement favorable et qu’il faut en profiter :

Pier-Luc Bujold rappelle que les solutions proposées sont également favorables à l’employeur puisqu’elles feront en sorte qu’il sera plus facile de retenir le personnel et d’attirer la relève facilitant du même coup toute la gestion des employés sur le plancher. Retour

PARTAGER