Informations régionales

Beaucoup d'amélioration, mais...

Beaucoup d'amélioration, mais...

21 septembre 2017

Les membres de la communauté LGBT subissent beaucoup d’isolement et une des façons d’y remédier est le réseautage.

Voilà l’une des conclusions du portrait des personnes lesbiennes, gais, bisexuelles et transgenres en Gaspésie et aux Îles qui vient d’être publié. Il s’agit d’un travail du Centre d’initiation à la recherche et d’aide au développement durable en collaboration avec l’Association LGBT de la Baie-des-Chaleurs.

Ce genre d’étude pour une région rurale est une première au Québec et elle permet de mieux cibler certaines problématiques locales. Il est question notamment de l’isolement, du processus de dévoilement (coming out) de même que la santé en général des personnes LGBT. Il apparaît que les idées suicidaires sont plus présentes chez les hommes, notamment les moins de 20 ans.

Cette étude, qui a rassemblé 300 répondants, démontre aussi l’importance d’organismes comme l’Association des personnes LGBT qui permettent souvent aux gens de sortir de l’isolement et de se sentir moins seuls, comme l’explique Brian Carey, coordonnateur de LBBT Baie-des-Chaleurs :


Ce portrait servira aussi à mieux sensibiliser les intervenants en santé sur le territoire de la Gaspésie :

Même si des poches d’homophobie subsistent, particulièrement chez les jeunes hommes, Brian Carey affirme que les modèles sont de plus en plus nombreux, que ce soit des élus ouvertement gais ou encore des couples gais qui deviennent parent, entre autres.

La communauté LGBT est estimée à environ 10 mille personnes sur une population de 92 mille en Gaspésie et aux îles.

Retour

PARTAGER