Informations régionales

Autonomie municipale: le premier test sera le dossier des hydrocarbures

6 octobre 2016

Les élus gaspésiens réclament du gouvernement qu’il accorde plus d’autonomie aux municipalités devant les projets d’exploitation des hydrocarbures.

Le président de la Table des préfets de la Gaspésie les Îles souhaite que les intentions prononcées par le ministre des Affaires municipales, samedi, d’accorder plus de pouvoir aux municipalités se traduisent par une plus grande autonomie dans la protection des sources d’eau potable.

Guy Gallant soutient que la latitude accordée aux élus locaux dans la gestion des dossiers d’hydrocarbures sera le premier test véritable du gouvernement devant ses promesses de leur accorder davantage d’autonomie :

 

Pour sa part, le maire de Gaspé trouve incohérente la position du gouvernement du Québec concernant la fracturation hydraulique.

Jeudi dernier, Philippe Couillard a déclaré, devant les participants du congrès de la Fédération québécoise des municipalités, qu’il n’entrevoyait plus l’autorisation la fracturation hydraulique dans les basses terres du Saint-Laurent.

Le premier ministre n’a jamais caché non plus qu’il ne voulait pas de fracturation sur l’île d’Anticosti.

En Gaspésie, les entreprises Pétrolia et Junex n’écartent pas de recourir à ce type de travaux pour stimuler leurs puits.

Pour le maire, Daniel Côté, le silence du gouvernement sur cet aspect pour la Gaspésie est incohérent.

Le maire de Gaspé estime que la population de la Gaspésie a le droit de recevoir le même traitement que les autres régions qui sont touchées par le développement des hydrocarbures. Il s’agirait d’un minimum de respects selon lui :

 

Gaspé demande depuis mai 2015 que le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement se penche sur le développement des hydrocarbures à Gaspé.

Québec n’a jamais répondu positivement à cette demande.

Retour

PARTAGER