Informations régionales

Appels d'urgence: les ambulanciers craignent l'effet du détour

André Nadon devant le tableau de couverture ambulancière du territoire, ce lundi matin à la caserne de New Richmond

Appels d'urgence: les ambulanciers craignent l'effet du détour

15 mai 2017

Les paramédics de Service ambulancier de la Baie craignent des pertes de vie depuis qu’ils sont forcés de faire un détour de 11 kilomètres par Cascapédia-Saint-Jules.

En tenant une conférence de presse ce matin, les ambulanciers de New Richmond et Caplan ont voulu alerter l’opinion publique.

Les délais de réponse, disent-il, risquent de s’allonger depuis la fermeture du pont de la route 132. Ils réclament l’ajout d’équipes de techniciens ambulanciers à Caplan, 4 paramédics en tout temps, pour éviter que des secteurs restent à découvert trop longtemps.


Depuis que la circulation est coupée sur le pont, les paramédics de New Richmond ne se postent plus à Maria pour assurer une couverture dynamique lorsque les ambulances de Maria et de Carleton sont affectés sur des cas.

Or, André Nadon, porte-parole des techniciens de Service ambulancier de la Baie, explique que si un besoin survient entre Saint-Omer et Maria et que les ambulanciers affectés régulièrement à ce territoire sont sur un appel, les ambulanciers de Nouvelle devront partir de leur domicile pour se rendre sur les lieux ou ce sont ceux de New Richmond qui seront chargés du cas.  C'est alors qu'ils  devront emprunter le détour de Cascapédia-Saint-Jules.

Pendant ce temps, les ambulanciers de Caplan deviendront en charge de leur secteur et du territoire de New Richmond, tout en étant obligé de rester à la maison puisque le CISSS de la Gaspésie privilégie, pour eux, des horaires de faction :


Pierre-Luc Cormier, paramédics de New Richmond Photo: Julie Drapeau 

 

Comme ses collègues, Pierre-Luc Cormier, ambulancier de New Richmond, craint qu’un délai de réponse trop long soit fatal pour des personnes en situation d’urgence :


Il ajoute, par ailleurs, qu’en cas de situation exceptionnelle, le réseau de la santé a le devoir d’adapter le déploiement du service en conséquence comme il le fait en période achalandée à Percé l’été ou lorsqu’ont eu lieu des tragédies comme à Lac Mégantic. Retour

PARTAGER